DERNIERES CHRONIQUES AJOUTEES    

Big Kids "phone home" (protagonist music / adagio830) LP

Ces derniers mois peu de disques ont réussi à retenir mon attention. Manque de curiosité de ma part ou simple envie de rien aimer ? Probablement un peu des deux... Mais on ne va pas se lancer dans une psychanalyse de bas étage, surtout qu'il y a tout de même un disque qui a fait mon bonheur pendant cette période. Ce disque c'est le "Phone Home" de Big kids. Leur 1er album, "Hoop dreams", avait déjà été une bonne découverte à l'époque mais il s'était avéré un peu trop linéaire à mon goût pour que je sois complètement conquis. Avec "Phone Home", ils ont réussi à corriger le tir et ils nous proposent un disque d'une très grande qualité. Le son est plus brut et les compos plus variées que par le passé. Il sonne plus punk (si ce mot veut encore dire quelque chose). On reconnaît bien sûr le style de Big Kids mais celui-ci s'est étoffé. Il y a de l'intensité et de l'urgence sur certains titres ("Pier 14 locals","Dad's Datsun", "Jokes"), mais aussi de la finesse et de la douceur sur d'autres ("Catchers Mitt", "Full gainer"). Un savoureux mélange qui donne une grande diversité à l'ensemble. Les mélodies, simples et accrocheuses, sont toujours au top, et représentent le véritable fil conducteur de ce "Phone Home". Pas besoin d'épiloguer plus longtemps sur ce disque car c'est tout simplement mon "Fave" du moment !

Mathieu

site : big kids      mp3vaccine



Child Meadow "rad" (desertion records) 7"

Child Meadow est un groupe formé par deux membres de Bökanövsky. On retrouve ici un duo guitare/batterie et le moins que l'on puisse dire c'est que ça le fait carrément. Ce premier 7" 4 titres, réalisé en 2010, allie à merveille une énergie communicative et des mélodies imparables. C'est super bien écrit et putain ça fait du bien par où ça passe ! Il est néanmoins assez difficile de calibrer la musique des Toulonnais. Disons qu'ils jouent une sorte d'émo-punk classieux. Les chants sont en français et plutôt hurlés mais ils n'en font jamais des tonnes. Et s'il n'est pas toujours évident de comprendre les paroles, celles-ci se retrouvent à l'intérieur de ce beau 7" sérigraphié. La production est quant à elle quelque peu granuleuse servant à merveille les compositions du groupe. Bref, vous m'aurez compris, ces 4 titres sont tout simplement imparables. Un LP avec 12 nouveaux morceaux est d'ores et déjà prévu (une version cdr sortie pour leur tournée avec Big Kids est déjà disponible en quantité très limitée). Je vous invite donc fortement à aller faire un tour sur le site du groupe pour écouter tout ça !

Ludo

 site : child meadow      mp3c'est vident



Captain, we're sinking "it's a trap!" (kind of like records) 7"

Excellente surprise que ces 4 titres de Captain, we're sinking. Le groupe à déjà plusieurs splits et autres disques à son actif depuis sa création en 2007, mais je ne les découvre que maintenant. Pour ma défense, le combo évolue dans une sphère musicale plutôt punk/pop à tendance mélodique qui est loin d'être mon domaine de prédilection. Attention toutefois aux amalgames, car on a le droit ici au coté vraiment classe du mouvement, et non à un énième groupe d'adolescent boutonneux voulant copier ses illustres idoles. L'énergie qui se dégage de ce "it's a trap!" suinte à chaque instant. Les différents morceaux sont juste imparables. Mélodies, chant hargneux et interprétation passionnée forment ici un cocktail ultra fédérateur. Il y a comme un coté addictif à la musique de Captain, we're sinking. Bon, il est vrai que tout ça n'est pas très original dans l'ensemble mais on leur pardonnera cette faiblesse, finalement anecdotique au vu de la qualité de l'ensemble de ces 4 titres.

Ludo

 site : captain, we're sinking      mp3it's a trap



Bâton Rouge "fragments d'eux mêmes" (purepainsugar / bakery outlet) LP

Nouveau venu dans le paysage Lyonnais, Bâton Rouge a la particularité d'être composé à 100% par des membres de Daïtro (seul Aurélien le chanteur manque à l'appel). Après avoir sorti un bon paquet de disques et écumé les routes pendant plus de 10 ans, il est normal de ressentir le besoin de rompre avec une certaine routine et de vouloir retrouver l'émulation et l'excitation des débuts. Les années passent et les envies changent... Et avec Bâton Rouge, ces 4 garçons sont bien décidés à nous montrer une nouvelle facette de leurs talents. "Fragments d'eux mêmes" se pose donc comme la première pierre de leur nouvel édifice.
Parés d'une très belle pochette tout de rouge vêtu, les lyonnais nous délivrent 8 titres qui sont à ranger quelque part entre Tubers et Old Growth, le tout chanté en français. Si vous ne voyez pas de quoi il en retourne, je peux vous assurer que c'est le genre de musique qui a ce quelque-chose qui vous rassure. Un antidote à tous vos coups de mou. La musique de Bâton Rouge est épurée, dissonante parfois et se laisse aller au grès de ses envies, alternant les passages tout en douceur avec d'autres plus enlevés. "Fragments d'eux mêmes" est un disque inspiré où les trouvailles mélodiques viennent vous chatouiller les oreilles pour votre plus grand plaisir. Comment ne pas tomber sous le charme de "Sur un banc", "Ça colle à la peau" ou encore "Que les fils" ? Ce dernier est d'ailleurs un tube en puissance, les mélodies sont à tomber et les chants vous donneraient presque la chaire de poule. J'adhère ! Seul "Cloaca" est à mon sens un cran en dessous des autres morceaux. Et je dois aussi avouer que le trip "bruit, larsen et compagnie" qui vient conclure le disque et qui s'étalent sur de bien trop longues minutes était à mon avis dispensable. Mais au final Bâton Rouge réalise presque un sans-faute avec ce premier LP. En à peine 8 petits morceaux ils ont déjà réussi à se forger une identité propre à eux et franchement ce n'est pas donné à tout le monde. Bien joué les gars et vivement la suite !

Mathieu

 site : bâton rouge      mp3sur un banc



Sugartown Cabaret "beyond foams" (init records) CD

Sugartown cabaret nous revient avec un tout nouveau 6 titres et le moins que l'on puisse dire c'est que ce nouvel effort commence de la meilleur des façon. Le titre "the tides" qui ouvre le disque est vraiment réussi. Très travaillé, ce morceau se révèle inspiré et puissant. Dans sa globalité, les nouvelles compositions des Caennais sont fouillées et portées par une production excellente. J'aurai à ce propos juste un petit bémol sur le traitement fait à la voix du chanteur. Trop produit ? Je ne sais pas mais il y a de ce coté là quelque chose qui me chagrine. Toujours est-il que le groupe continue son évolution au regard de ses précédentes productions. Les titres sont beaucoup plus variés et de ce fait, plus faciles à appréhender, moins lassants sur la durée. Cette variété a cependant son revers, le titre "feeling thrilled with the guests" m'a laissé comme un goût amer, ce titre était selon moi dispensable. Dommage il dénote avec le degré d'exigence que le groupe s'est semble-t-il fixé au gré de ces 6 nouveaux morceaux. Il reste néanmoins de très bon moment dans ce "beyond foams", comme les titres "hazard lights" ou encore "a tower" pour ne citer que ceux là. Sugartown cabaret s'inscrit donc dans le continuité, et devrait ravir, sans aucun doute, tous ceux qui avaient déjà aimé leurs précédents opus.

Ludo

 site : sugartown cabaret      mp3the tides



The Boring "let the captain sink" (Monkey Cookie Records / Chanmax Records / Dream Comes True / Crapoulet / Fight Or Flight / Fouic Fouic Crew / Saddest Song / Back To Reality ) LP

Autant commencer cette nouvelle année (ne comptez pas sur moi pour vous souhaitez une bonne année, c'est une chose qui m'insupporte) avec une bonne grosse baffe en pleine gueule. The Boring, groupe originaire de Colmar va se charger de nous remettre sur les bons rails avec "let the captain sink". Ce nouvel effort fait suite a plusieurs démos et splits sorti depuis 2001. Le groupe est donc plutôt actif et les 13 titres de cette galette sont tout ce qu'il y a de plus excitant. Pour être honnête, le groupe n'a rien inventé, mais putain, ça fait du bien par où ça passe ! The Boring, c'est un punk-hardcore très classique dans sa forme et pourtant tout fonctionne à merveille ici. Ça suinte la passion, ça envoie méchamment et les morceaux s'enchaînent jusqu'à l'épuisement. Le tout est interprété avec brio et la production du disque dans son ensemble rend un bel et vibrant hommage aux compositions du combo. Superbe découverte pour moi que ce disque de The Boring. A ne surtout pas rater...

Ludo

 site : the boring      mp3the gap



Autistic Youth "idle minds" (sabotage / taken by surprise) LP

Déjà le 2eme album pour les kids de Portland. Après un excellent "Landmine Beach" et des EP de qualité, ils étaient attendus au tournant avec ce nouveau disque. Sera-t-il à la hauteur de toutes nos espérances ?
Dès la première écoute, on est en terrain connu. Les douze titres de "Idle minds" sont dans la droite lignée de leurs prédécesseurs. Le punk-hardcore mélodique de Autistic Youth nous chatouille les ouïes avec des sonorités familières que nous prenons plaisir à retrouver. Et pourtant il y a une vrai évolution dans l'exécution de leurs morceaux. Celle-ci se fait moins dans l'urgence, on sent que les gamins ont pris de l'assurance et de l'expérience. Leurs morceaux sont peut être moins instinctifs mais ils sont tout autant jouissifs. Le jeu de basse est encore une fois incroyable, un vrai régal tant celui-ci se rapproche du sans faute. Il voit juste à chaque fois et se greffe avec intelligence aux mélodies des guitares. Si l'ensemble de ce disque laisse planer une atmosphère plus mélancolique que par le passé, il n'en demeure pas moins rempli de trouvailles mélodiques. Il ne faut pas longtemps pour s'imprégner du disque et ressentir toute la force qui en découle. Le plaisir est immédiat. Et finalement ce n'est pas une chose aisée de ressortir un titre du lot. Il n'y a peut être bien que la pochette qui me laisse de marbre. Du coup je me suis choppé la version sérigraphiée qui propose un artwork différent de la pochette d'origine. Nerd !

Mathieu

 site : autistic youth      mp3disciple



Filigram "la volonté en dernier" (autoprod) CD

Les gars de Filigram nous reviennent avec un tout nouveau 3 titres, dans la droite lignée de leur précédent opus, "la victoire de l'homme sur l'homme". Peu de surprises donc au cours de ces 3 nouvelles compositions. Le groupe évolue toujours dans une sphère screamo très sombre. La mélancolie est ici plus que jamais de mise, appuyée par un chant puissant et passionné. Si Filigram ne révolutionnera pas le monde de la musique avec ce nouvel effort, force est de constater l'excellente tenu de ces nouveaux titres. Ces derniers sont interprétés avec une intensité presque palpable pour l'auditeur, et soutenus par une excellente production. Pour ma part, et malgré nombre d'arrangements réussis, je regrette quelque peu le manque de risque pris par le groupe avec ce nouveau disque. Je chipote un peu car l'ensemble est plutôt réussi.

Ludo

site : filigram




Fuck, Wolves! / Chaos Is (still leben / dingleberry / ape must not kill ape / l'oeil du tigre / orchidscent / dream comes true rds / emotionally unstable / impure muzik rds / monkey cookie /saddest songs) split LP

J'aime bien la pochette de ce disque. Elle a un petit coté "emo / screamo" des 00's qui ne me déplait pas du tout. C'est une belle réussite tout en sobriété avec, excusez du peu, une chouette impression sérigraphiée. Eh ouais DIY or DIE!
Ce sont les allemands de Fuck, Wolves! qui squattent la première face de ce LP. Ils nous proposent 5 titres dans la pure tradition des groupes screamo du début des années 2000. Leur musique joue sur l'alternance entre des passages saturés tout en tension et des passages beaucoup plus calmes et épurés. Rien de nouveau sous le ciel allemand mais ça fonctionne parfaitement. Leurs compos sont inspirées et les gaziers savent où ils vont. Ils auraient pu gagnés en percussion si leur son avait été un peu plus massif car dans l'ensemble ça manque un peu de puissance. Mais au final ces 5 titres se révèlent être de bonne facture.
Sur la face B de ce disque, on retrouve les français de Chaos Is. Ils ne possèdent pas non plus un son "monstrueux" mais pour le coup je trouve que ça leur colle bien à la peau. Il y a une certaine urgence et une spontanéité qui se dégagent de ces 5 titres, rendant l'ensemble extrêmement vivant. Ces morceaux apparaissent comme une forme d'exutoire pour le groupe. Ils sont courts et sans concession et pourtant je les trouve très riches musicalement. Chaos Is nous propose un "emo-hardcore" varié, intense et passionné qui n'oublie pas d'être mélodique quand il le faut. "When you wake up" en est la preuve vivante avec sa mélodie entêtante et son chant scandé. Un morceau qui sonne comme un tube et qui clos ce LP de la plus belle des manières.

Mathieu

 sites : chaos is   ||   fuck, wolves!




Terrible feelings "demo" (autoprod) CD-R

Y a pas à dire, cette première demo de Terrible Feelings fait vraiment plaisir à entendre. Le groupe qui nous vient de Suède pratique un punk-rock comme je l'aime. Vous savez, celui qui fait taper du pied et qui distille des mélodies plus accrocheuses les unes que les autres. D'ailleurs aux premières écoutes, le parallèle avec leur confrère de Masshysteri m'est apparu comme une évidence. Mais plus je m'imprégnais de ces 4 titres et plus cette impression s'effaçait pour finalement n'être qu'une lointaine élucubration de ma part. La musique de Terrible Feelings leur est propre et n'a besoin d'aucune comparaison. Une musique mid-tempo créée dans l'urgence qui se la joue mélancolique sous des airs faussement joyeux. Voilà à quoi ressemble Terrible Feelings ! Et si vous ajoutez à ça une voix féminine qui tient l'ensemble d'une main de maître, vous avez 4 titres qui, sans être les plus originaux du monde, sont un vrai petit régal aux oreilles. Bien sûr j'aurais aimé en entendre plus car cette demo est définitivement trop courte. Mais cette mise en bouche est pleine de promesse et je la recommande vivement à tous les amateurs du genre.

Mathieu

 site : terrible feelings      mp3the moon




Rvivr "dirty water" (yo-yo records) one-sided LP

Sous ce nom barbare imprononçable se cache pour moi un véritable coup de cœur. Évidemment et comme souvent je débarque 15 ans après tout le monde. Il aura fallu que me prenne une grosse baffe dans la tronche à un de leur récent concert pour me procurer une partie de la discographie de Rvivr. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est aussi jouissif sur galette qu'en live. Le groupe contient des ex-membres de Latterman et Shorebirds, ce qui explique en partie une maîtrise remarquable de son sujet.
"Dirty water" est le dernier EP en date de Rvivr. Le groupe y pratique un punk/pop sublime, léché et véritablement fédérateur. Le plus étrange dans tous ça, c'est que ce n'est pas vraiment un genre de musique que j'écoute souvent. Mais là tout fonctionne pour moi, les mélodies sont imparables et les compositions du combo sont portées à bout de bras par deux voix juste incroyables. Le grain, la présence et la complémentarité des chants (masculin/féminin) confèrent au groupe une identité forte. C'est bien simple, elles vous hérissent le poil tout au long des 5 titres de ce "Dirty water". Petite mention spéciale aux chansons "Tallest tree" et "Tiny murders" pour leur coté un peu plus mélancolique. Et oui on ne se refait pas ! A noter une reprise de Shellshag avec "Resilient bastard" qui dénote un peu avec le reste du disque, mais qui n'en est pas moins dénuée d'intérêt. A écouter d'urgence...

Ludo

 site : rvivr      mp3seethin




Unlogistic / Crippled old farts "s/t" (rejuvenation / wee wee records / emergence records / small budget productions / falling down / positively negative) LP

Nous voici en présence d'un split 100 % Parisiens. On y retrouve les excellents Unlogistic en compagnie d'un groupe que je découvre ici, Crippled olf farts.
Il n'est normalement plus vraiment nécessaire de présenter Unlogistic et je ne vous ferais d'ailleurs pas cet affront. Voici donc ici 8 nouveaux titres pour un groupe jamais à court d'idée. En effet, les morceaux "Soulmate", "I don't want" et "Mould" empruntent des teintes mélancoliques du plus bel effet. Ces titres sont plus posés et tranchent avec les autres pistes du disque qui sont dirons-nous plus conformes à ce que nous a déjà habitué le groupe. Ça cisaille et ça découpe dans tous les sens sur un tempo très enlevé. Le tout est franchement réussi et c'est toujours un plaisir de retrouver Unlogistic.
J'avoue avoir peu de renseignement sur Crippled old farts. Le groupe semble existé depuis 2008. Je ne vais pas trop m'éterniser sur les 10 titres des Parisiens pour la simple et bonne raison que j'ai moyennement accroché. C'est pourtant assez bien fait, mais le classicisme des compositions du groupe auront eu raison de moi. Néanmoins, Crippled old farts pratique un punk hardcore bien exécuté, à la production très granuleuse qui scie à merveille à ce genre de musique. Les amateurs du genre devraient apprécier.

Ludo

 site : unlogistic       crippled old farts




Farewell "s/t" (dream comes true / monkey cookie / impure muzik / dingleberry records / orchidscent records / still leben records / desertion records / we told you to play fast / emotionnaly unstable records / gehirn records / saddestsong records / let the tigers out records / pure heart records) LP

Farewell est un groupe assez unique qui évolue dans une sphère bien à part en France. Je leur vois que très peu d'équivalent dans notre cher pays du fromage et du pinard. Des groupes à mi chemin entre Uranus et Ekkaia avouez que ça ne court pas les rues, surtout ces temps-ci. Et il aura fallu attendre 3 ans pour que Farewell sorte enfin une suite à leur premier EP. Il n'est donc pas surprenant de voir que leur son a évolué et a mûri au cours de ces années. Celui-ci est toujours aussi hargneux avec ce coté faussement mélodique mais dans ce nouveau disque je trouve que l'approche est plus directe et brutale. On fait face à 10 morceaux d'une grande intensité où les voix sont rageuses comme jamais. La musique des Alsaciens prend véritablement aux tripes et avec "il a bon dos leur social" il m'est impossible de rester en place tant ce titre est fédérateur. Et c'est un signe qui ne trompe pas, il y a de la qualité dans ce disque. J'aurais bien aimé vous parler des thèmes/paroles abordés ici mais malheureusement j'ai choppé un LP sans livret. Pas de bol mais je peux vous dire que ça chante toujours en français et vu les noms des morceaux, nul doute que ça cause social/politique. Farewell fait donc un retour fracassant qui ne laissera pas insensible les personnes en mal de musique rapide, vénère et profondément accrocheuse. A bon entendeur…

Mathieu

 site : farewell         mp3LP en coute




Royaume des morts "s/t" (l'oeil du tigre) CD

Avec un nom comme celui là je m'attendais à tomber sur un énième groupe de screamo. Perdu ! Le Royaume des morts joue dans un registre complètement différent. Pas de chants criés ni de mélodies saturées, ici tout est plus calme et dépouillé. Ce sextet originaire du Québec nous fait voyager au cœur d'un univers indie-pop aux multiples facettes et on les suit sans rechigner tant leur musique est inspirée. L'ensemble du disque est un savoureux patchwork d'ambiance qui se mêle et s'entremêle pour notre plus grand bonheur. Et il est vrai que la sauce prend à merveille. Seuls quelques longueurs rendent le tout un peu inégal et je ne suis pas certain que les interludes qui parcourent ces 10 titres soient vraiment nécessaires. Mais ceci est juste une affaire de goût et pour un premier album le Royaume des morts s'en sort avec les honneurs et nous gratifient de quelques tubes incontournables (The tape deck ate my hit, Sunday sunny Sunday et Motherless kids have eyes). La production est quant à elle sans artifice et fort heureusement elle n'a pas ce coté surfait qui les aurait desservit. Là au contraire il en ressort quelque chose d'attachant et d'intime. Le Royaume des morts fait donc une entrée en matière des plus prometteuses avec un album qui sera sans aucun doute le point de départ d'une belle aventure musicale pour ces six Montréalais.

Mathieu

 site : royaume des morts         mp3the tape deck ate my hit




Heaven in her arms "Paraselene" (Sonzaï records) CD

Les yeux encore humides et la gorge serré, je mesure à présent l'investissement qu'a dû mettre le groupe dans son nouveau projet pour nous pondre une telle bombe. Heaven in her arms y expose ses émotions les plus profondes et se dévoile au travers de somptueuses pièces. Jamais la musique du combo n'a été aussi puissante et empreinte d'une telle maîtrise. Les émotions que j'ai ressenti sur le titre "Halcyon" ne peuvent ici se traduire par de simples mots. Les poils hérissés, il a fait rejaillir en moi des souvenirs passés et enfuis depuis longtemps. D'ailleurs, ce titre se pose comme le meilleur que le groupe n'ai jamais écrit. Intense et épique, il impose sa puissance émotionnelle de façon incroyable. Heaven in her arms est clairement meilleur à chacune de ses nouvelles sorties. On se demande toujours si le groupe pourra faire mieux tellement le niveau est à chaque fois élevé. La réponse et oui, 1000 fois oui. Le combo est sans aucun doute le plus inspiré et créatif du genre. Pour moi, il n'y a d'ailleurs pas mieux. Inutile d'en rajouter, vous m'aurez compris, le nouveau Heaven in her arms fait parti de ces grands moments de musique à ne rater sous aucun prétexte.

Ludo

 site : heaven in her arms         mp3butterfly in right helicoid




Brume Retina "agresse gueule" (For U & X records) CD

4 ans après l'excellent "linéaires des libres", Brume Retina nous revient avec ce nouvel opus. L'attente en valait franchement la peine quand on écoute le résultat ici présent. Le groupe a la rage au ventre et cela se voit. Rarement un disque n'aura aussi bien porté son nom. D'une intensité et d'une densité remarquable, les gars nous déversent des hectolitres de fureur en pleine tronche. Pas le temps de se relever ici, on enchaîne les uppercuts jusqu'au KO final. Mais c'est peu être aussi cette densité qui peu rendre le disque un peu lourd à digérer. 14 titres aussi hargneux et intenses peuvent finir pas lasser quelque peu. Néanmoins, dans le genre, Brume Retina fait clairement parti de ce qui ce fait de mieux. Les titres sont inspirés et franchement bien écrits. Pour ma part je regrette seulement qu'ils aient quelque peu laissé tomber les plans plus calmes et aériens qui faisaient le charme du premier opus. Pour le reste, c'est du tout bon !

Ludo

 site : brume retina         mp3l'apprt et l'aprs




Cassette "shining like a new dime" (bakery outlet) CD

Superbe découverte que ce groupe originaire des États-Unis. Cassette nous livre ici 7 magnifiques compositions. Très intimiste et d'une simplicité juste parfaite, le groupe nous happe dans son univers fais de chansons toutes plus belles les unes que les autres. Le maître mot est ici efficacité. Pas de fioriture et pas d'arrangement extravaguant. Juste quelques notes de guitares, des cordes, des basses qui se posent ici et là, quelques rythmiques et surtout la sublime voix de la chanteuse, au timbre chaud et enivrant. On parle bien ici de chansons intimistes, un style que je n'ai pas particulièrement l'habitude d'écouter. Je suis pourtant complètement tomber sous le charme de ce groupe. Quand tout est beau comme cela, il n'y a plus qu'à se taire et à écouter...

Ludo

 site : cassette         mp3home




Leatherface "the stormy petrel" (no idea / big ugly fish recordings) LP

Joie ! Le nouveau Leatherface est enfin sorti. Six ans d'attente pour enfin voir le successeur au quelque peu décevant "Dog disco". Espérons que cette fois-ci les Anglais auront su retrouver de leur splendeur. Bon passons sur la pochette qui est loin de retenir mon attention et allons directement voir ce que renferme "The stormy petrel". La production a vraiment été soigné, pas grand chose à redire là-dessus. Le double LP sonne parfaitement bien (trop bien ?). Et put**n cette voix de Frankie Stubbs est vraiment incroyable. Pour moi c'est pas loin d'être ce qui se fait de mieux dans le punk-rock. Elle est peut-être moins rageuse qu'il y a 20 ans mais ce timbre éraflé par l'alcool et les clopes est absolument génial. J'en ai presque des frissons. En plus ce gars excelle dans l'écriture. Ses textes sont toujours aussi poétiques et métaphoriques que par le passé. Il aime jouer avec les mots pour que chaque morceaux deviennent de véritables hymnes. Musicalement Leatherface s'est quelque peu assagi sans pour autant prendre un virage à 360°. Leur punk-rock mélodique suit une évolution logique et prouve que les gaziers n'ont pas encore fait entièrement le tour de la question. Et comme on pouvait s'y attendre ce nouveau disque recèle de titres jubilatoires ("Never say goodbye", "Diego Garcia", "My world's end"). Des perles mélodiques qui sonnent comme des futurs classiques du genre. Par contre quid de "Broken" et "Hope" ? Faudra m'expliquer l'intérêt de ces 2 hits "hard-rock" fm… Mais mis à part ce petit écart de conduite, "The stormy petrel" est dans l'ensemble une très bonne surprise. Après plus de 20 ans d'existence ça fait plaisir de voir que Leatherface n'a pas encore dit son dernier mot.

Mathieu

 site : leatherface         mp3never say goodbye




Youth avoiders "demo" (Give us a chance records / Middle-class zombies attack! records / Negative youth records) K7

L'enregistrement de la première démo est un moment vraiment excitant pour un groupe mais le résultat est souvent à double tranchant. Là où certains évoluent encore sur des fondations chancelantes, d'autres affichent un visage beaucoup plus affirmé et abouti. Les Parisiens de Youth Avoiders font clairement partis de ces derniers. Nul besoin d'écouter maintes et maintes fois leur première demo pour s'en convaincre. Le plaisir est immédiat. Ils jouent un punk-hardcore aussi intense que catchy où se mêle l'urgence et l'insouciance des premiers émois d'un groupe récemment mis sur pied. Le tout est joué avec un bon feeling rock'n'roll et les trouvailles mélodiques ne manquent pas. J'aime beaucoup aussi le coté un peu "à l'arrache" de la voix lead qui contraste bien avec les timbres plus clairs des autres chants. Un jeu de voix vraiment bien senti qui donne du dynamisme et du relief aux morceaux. Le chant est en anglais et lui aussi est parfaitement maîtrisé. Vous l'avez compris ces 7 titres font du bien par où ils passent ! Pour moi "Living in a trap", "Acid feedback" et "Control" sortent indéniablement du lot mais au final il n'y a pas grand chose à jeter de cette démo.
Par contre, j'ai lu ici et là sur le net que le groupe risquait de s'arrêter. Si cela s'avérait exact, ce serait une bien triste nouvelle tant cette démo donne envie d'en entendre plus…

Mathieu

 site : youth avoiders         mp3tlcharger la dmo ici




Old growth "under the sun" (bakery outlet) CD

Sorti il y a quelques mois déjà, ce "under the sun" est une excellente surprise. Le trio de Portland nous livre ici un authentique disque de rock. Il n'est pas évident de leur coller une étiquette et c'est plutôt un bon signe. Old Growth ne cherche pas à sonner comme tel ou tel groupe, ils se laissent guider par leurs envies du moment. On retrouve ainsi dans leur musique des sonorités autant apparentées punk-rock que pop ou même grunge par instant. Cela donne un album dense et varié qui ne s'apprivoise pas à la 1ere écoute. Il faut prendre son temps et se laisser aller au gré des 12 titres. Bien sûr tout n'est pas parfait et je trouve les premiers morceaux légèrement en dessous par rapport au reste de l'album. Mais au fur et à mesure que les titres défilent, le constat devient évident, Old growth a ce petit quelque chose en plus qui donne toute la dimension à cet album. "Sun come down", "You still can" ou "For your wallet" sont de véritables tubes en puissance. La musique de Old Growth est intelligente et d'une grande maturité. Croyez-moi ce disque vaut le détour !

Mathieu

 site : old growth         mp3old growth




Draft "harmonic distorion" (Emergence Records /Les Disques du Hangar 221 / OrchidScent / Dv’s Records) CD

Je me souviens du 1er album de Draft. Sorti il y a maintenant un petit bout de temps, celui-ci était plutôt bon, à défaut d'être fracassant. Le groupe nous revient donc avec un nouveau disque tout frais. Et franchement, le combo réussi avec brio à transformer l'essai du premier opus. Les titres se sont épaissis et prennent ainsi plus d'ampleur. Disons que l'ensemble a largement gagné en crédibilité je trouve. Là où il ne faisait que s'inspirer des maîtres du genre, ils ont maintenant complètement digéré leurs influences. Il en ressort évidemment des compositions plus personnelles mais aussi moins plaintives que par le passé. Attention toutefois, ce n'est pas sur les titres de Draft que vous danserez la lambada cet été (super la référence). Si on excepte un disque peut être un poil long et une production un peu passe partout, les nouvelles chansons du groupe sont vraiment percutantes. A l'image de "a voice from the heart" qui est vraiment très réussi.

Ludo

 site : draft         mp3a voice from the heart




Sinaloa "s/t" (adagio830) 12"

Ce qu'il y a de bien avec Sinaloa, c'est que l'on sait toujours à quoi s'attendre. Malgré tout, le groupe ne laisse jamais de place à la lassitude. La formule ultra rodée du trio fonctionne toujours à merveille. Et ce ne sont pas ces 4 nouveaux titres qui me feront changer d'avis. On y retrouve avec un plaisir non dissimulé cet emo-rock si particulier au combo, si personnel. Et notamment ces trois chants si caractéristiques, mais au combien efficaces. Effectivement, la formule n'a pas bougé d'un iota. Mais qui s'en plaindra ? Les amateurs de Sinaloa peuvent donc se jeter sur la galette sans prendre aucun risque. Quant aux autres, il n'est jamais trop tard pour découvrir un groupe vraiment à part, dont la qualité constante de ses productions au fil du temps est assez impressionnante.

Ludo

 site : sinaloa         mp3night vision




Videoville "s/t" (l'oeil du tigre) CD

Videoville est un groupe en provenance du Canada. Ils sortent ici leur premier 6 titres éponyme. Majoritairement instrumental, cet EP combine un math-rock à l'énergie punk avec quelques effluves d'emo-pop. Une musique qui se situe quelque part entre From monument to masses et Epileptic.
Il y a vraiment de très bonnes idées qui parcourent cet EP. Les nappes mélodiques sont du plus bel effet, et la basse apporte un petit coté groovy pas dégueu du tout. Le trio Montréalais a trouvé le bon équilibre entre simplicité et efficacité. Tout ce que j'aime. Et à ce jeu là "JCVD" est le morceau qui me marque le plus et qui sort indéniablement du lot. Sans aucun doute le plus réussit des six. Par contre ce que je reprocherais à Videoville c'est de s'éparpiller un peu trop et de s'aventurer dans trop de direction. Au final on peut ressentir un certain manque de cohérence sur certains morceaux. Mais on peut leur pardonner ce petit écart car il ne faut pas oublier que c'est seulement leur premier disque qu'ils sortent ici. Et celui-ci démontre assez de qualité et de potentiel pour assurer une belle suite aux aventures de Videoville. A surveiller !

Mathieu

 site : videoville         mp3JCVD




Gunfire in a juke joint "s/t" (humanist records) 12"

Mon dernier contact discographique avec le groupe date d'il y a maintenant quelques mois. On peut affirmer sans sourciller que celui-ci, pour un premier essai, était assez bluffant. Évidemment loin d'être parfait, il laissait néanmoins entrevoir un potentiel intéressant. Aujourd'hui, je retrouve Gunfire in a juke joint avec ce nouvel opus. Trois nouveaux titres qui prouvent ici que le groupe à franchi un grand cap. S'il est difficile dans ce genre de musique de s'affranchir complètement de ses influences, le combo a su se construire un véritable univers, cohérent et pertinent. Et même si la formule est connu, cela fonctionne à merveille. Les longues minutes de volupté, propices à l'évasion les plus lointaines, sont bien sûr contrecarrées par des phases beaucoup plus tendues où l'intensité se fait alors plus présente. Pour les avoir vus récemment sur scène, ces passages sont redoutables d'efficacité. De plus, la production rend plus que jamais hommage à chaque minute du disque. Il subsiste un grain très agréable qui affirme un peu plus l'identité du groupe. Il est bon de savoir que le changement de line up du combo n'a en rien entamé leur enthousiasme. Notons aussi l'ajout d'une clarinette basse au sein des nouveaux titres de Gunfire in a juke joint. Assez surprenante au départ, celle-ci trouve néanmoins sa place assez naturellement.
Voici donc un disque très bon qui tourne régulièrement sur ma platine. Il ne me reste plus qu'à leur souhaiter de se démarquer de la masse dense de groupes qui sévissent déjà dans ce genre prolifique qu'est le post-rock. Après l'écoute de cette galette, c'est très bien parti…

Ludo

 site : gunfire in a juke joint         mp3kral




Tubers "anachronous" (echo canyon / no idea / bakery outlet) CD

Quelle pochette !! Sur ce coup là Tubers n'y est pas allé avec le dos de la cuillère. Imaginez un patchwork complètement surréaliste où se côtoie coiffe d'indien, noix de coco, caisse enregistreuse, glace et j'en passe et des meilleures. Le résultat est, comment dire, déroutant mais je cautionne à 100%. Un peu de folie ne fait pas mal !
Tubers sort donc ici son 3eme album et autant leurs précédents opus ne m'avaient pas marqué plus que ça, autant ce "anachronous" me procure un tout autre plaisir. Un retour dans les 90's qui fleure bon l'emo. Et même si ces 12 titres ne s'apprivoisent pas du jour au lendemain, il devient évident qu'au fil des écoutes cet album est d'une qualité remarquable. On y revient avec plaisir et on se laisse happer par sa grande diversité. Un disque bercé d'incroyable mélodie ("pale sunbather"), de tube en puissance ("these quantum leaps are killing me", "68"), d'urgence ("cut de grease"), de double chant parfaitement maîtrisé ("small signs big posts"), de finesse ("unmutual"). Une large palette qui fait de cet album un vivier haut en couleur. Sans faire de raccourci rapide et simpliste je trouve sincèrement que la musique de Tubers est le condensé parfait entre True North et 12 Hours Turn. Il n'y a rien de surprenant à cela car ce sont deux groupes dans lesquels ont officié des membres de Tubers. Mais encore fallait-il qu'ils évitent de tomber dans le piège de la facilité et de la pâle copie de ces groupes. Chose pas si simple que les Floridiens ont parfaitement maîtrisé. Et au final il en ressort un disque plein de fraîcheur qui constitue la vraie bonne surprise de ce début d'année. Espérons maintenant qu'il dépasse le stade de l'anonymat car ce groupe le mérite vraiment !

Mathieu

 site : tubers         mp3the expense of flight




 

Sed non satiata "s/t" (echo canyon / adagio 830 / protagonist) LP

Me voici enfin en possession du dernier disque de Sed non satiata. Inutile de vous faire savoir que j'ai dû ronger mon frein pendant un bon moment en attendant cet opus. Ceux qui traînent de temps en temps sur le site savent à quel point j'adhère à la musique du combo. Leur dernier effort en compagnie de Daïtro m'avait d'ailleurs asséné une claque monumentale. J'étais donc avide de nouveauté. Je fondais même de gros espoirs dans les nouvelles compositions du groupe, à un moment où je me sentais quelque peu blasé. C'est donc avec une certaine fébrilité que je me suis lancé dans l'écoute de ces 5 nouveaux titres. Et bizarrement, il m'aura fallu un peu de temps pour bien rentrer dedans. Les nouvelles chansons de Sed non satiata sont peut être un peu moins facile d'accès au premier abord. Mais une fois digérées, celles-ci s'avèrent vraiment excellentes, dans la droite ligné de leurs précédentes productions. Le 1er titre, "les colonnes de soie", ne me fera pas mentir. Un morceau très typé Sed non satiata avec son cortège de mélodies et d'intensité. Bonne nouvelle donc, qui confirme que le groupe est toujours aussi inspiré. La preuve en est avec l'incroyable "entre les mots" qui tourne en boucle chez moi. Le titre va crescendo vers des sommets d'émotions. Son final ébouriffant et son outro tout en légèreté n'auront aucun mal à vous convaincre. Tout comme "l'arrache coeur", un titre quelque peu oppressant mais très réussi. Notons aussi la présence de deux instrumentales. La 1ère, toute en tension et pleine d'énergie, s'inscrit parfaitement dans la discographie du groupe. La 2ème est un peu plus légère et peut être moins indispensable.
Au final Sed non satiata répond une nouvelle fois présent mais pouvait-il en être autrement...

Ludo

 site : sed non satiata             mp3les colonnes de soie




 

Kazan "maslow 0" (dream comes true /emotionally unstable / impure muzik / maloka / monkey cookie rec / orchidscent / radical dreamers / we told you to play fast) CD

Kazan est un quintet originaire de Dijon. Le groupe existe maintenant depuis 5 ans déjà avec à son actif une démo, deux splits et ce disque paru récemment. Je passerai outre le visuel que je n'ai pas vraiment apprécié.
Dès le 1er titre "je ne suis plus un homme", Kazan nous happe dans son univers sombre et intense. Les morceaux du groupe sont autant de pièces malsaines, parfois à la limite du respirable. Les riffs sont oppressants, les voix se déchirent sur une mélancolie toujours présente. Kazan a néanmoins eu la bonne idée de faire respirer ses différents titres avec de nombreux passages beaucoup plus aériens. Finement construites, ces parties sont véritablement les bienvenues. Les quelques spoken word présents participent eux aussi à la diversité de ce "Maslow 0". Notons aussi des textes vraiment bien écrits. Au final, cet album des Dijonnais est plutôt réussi, et si l'on excepte un léger manque de personnalité dû à des influences encore bien marquées, il serait dommage pour les amateurs de hardcore intense et mélancolique de se priver de ce disque.


Ludo

site : kazan        mp3 : tlcharger l'album ici

 

 

Fatabo "cd demo" (rejuvenation) CD

Perplexe… Voilà un peu près le sentiment qui m'a parcouru quand j'ai vu pour la première fois la pochette de la démo de Fatabo. Il faut dire qu'un gros plan sur la truffe d'un cochon, ce n'est pas vraiment le genre d'artwork qui me touche. Au moins elle a le mérite d'attirer l'œil… Je ne vais pas épiloguer 107 ans sur une pochette car ça ne servirait à rien, d'autant plus que je suis certain qu'elle plaira à nombres d'entre vous. Ah le mystère des goûts et des couleurs…
Je suis quand même bien plus emballé par le contenu de cette demo. Le trio Parisien, qui n'a pas encore 1 an d'âge, nous délivre 4 titres prometteurs. Je me retrouve ici projeté quelques années en arrière où les groupes indie-emo-pop étaient légions. Aujourd'hui ces derniers se font rares et avoir un renouveau de ce coté là est toujours appréciable. Fatabo ne révolutionne pas le genre et il est vrai qu'à l'écoute de leur démo je pense immédiatement à Vanilla et Epileptic, mais ça n'enlève en rien à la qualité de ces 4 titres. Tout est fait avec bon goût et on sent qu'ils maîtrisent leur sujet par cœur. Les mélodies, véritable fil conducteur de ce disque, nous imprègnent de leurs humeurs et nous font voyager dans un florilège d'émotion. Chaque morceau nous transporte dans une atmosphère différente. Je pense notamment à "Comment" qui est une véritable petite pépite. Peut-être le titre le plus abouti des 4 car il est moins encré dans les influences du groupe. Fatabo accouche donc d'une première demo rafraîchissante de bout en bout. L'essai est transformé en beauté et devrait marquer le début d'une belle aventure pour le groupe !

Mathieu

site : fatabo              mp3 : comment




The marked men/ This is my fist (no idea) split 7"

Il s'est fait désirer un moment ce split entre The Marked Men et This is my fist. J'ai scruté sa sortie pendant de longs mois mais il n'avait pas l'air de vouloir pointer le bout de son nez. Et finalement à force d'attendre et de ne rien voir venir je suis complètement passé à coté de sa sortie il y a quelques semaines de ça. En tout cas, l'attente en valait vraiment la peine car quelle joie d'écouter ces quatre nouveaux titres. Bien sûr avec les splits 45 tours il y a toujours le problème de la quantité mais ici la qualité permet de tout pardonner. Il y a quasi que des tubes sur ce disque, que ce soit sur la face de The Marked Men ou celle de This is my fist.
Les deux titres de The Marked Men sont un condensé de punk rock catchy (au sens noble du terme bien sûr). On est ici dans la droite lignée de leurs précédents disques. Frénétique, dansant, entêtant, ces deux nouveaux morceaux sont là pour nous donner un bon coup pied dans le cul. Et qu'est-ce que c'est bon ! Avec The Marked Men on est habitué à une telle qualité d'écriture et ces "Whip me" et "too prety to fuck" ne dérogent pas à la règle. Il y a vraiment un truc qui ressort de ce groupe et j'espère que ça va continuer encore longtemps !
This is my fist n'ont pas non plus à rougir de leurs deux titres présents sur ce split. Dès les 1ères notes on reconnaît parfaitement leur style, il n'y a pas tromperie sur la marchandise. La musique de ces Chicagoans est plus agressive que celle de leur confrère de The Marked Men mais leur punk rock n'en est pas moins captivant. Il est certain que la voix éraillée de la chanteuse y est pour quelque chose. Elle apporte ce petit coté mélancolique, désabusé qui tranche avec le coté plus mélodique de la musique. Et c'est bien ça toute la force de ce groupe. Ce n'est pas donné à tout le monde de nous faire parvenir toutes ces sensations. Donc juste pour ça je leurs tire mon chapeau !

Mathieu

sites : the marked men  ||   this is my fist




 

pour consulter toutes les chroniques, cliquez sur l'une des rubrique ci-dessous: